Chronique: Erdgen, un peuple inconnu

Bannière de la chronique "Erdgen, un peuple inconnu"

Erdgen: Un peuple inconnu

Auteur : Fabien Perez

Édition : Autoédité

Décembre 2015

Genre: Fantasy- Jeunesse

Entre stéréotypes attendus et trouvailles étonnantes, ce premier tome des chroniques d’Erdgen reste tout de même une lecture divertissante et légère, plutôt agréable.

Résumé :

Quatorze mille ans avant le présent, sur un continent aujourd’hui disparu, un homme arpente de hautes montagnes, suivit par son fidèle compagnon. Il est ici pour une bonne raison : découvrir la vérité au sujet d’une ancienne légende.
Erdgen est un roman de préhistoire-fiction, aux influences antiques et moyenâgeuses, et aux accents steampunk. Dans ce monde oublié, les Hommes, les Elfes et les Nains ne sont pas des légendes, mais bien des représentants disparus de lignées humaines qui côtoient les mammifères de la mégafaune du quaternaire et des créatures fantastiques. Ces peuples ont prospéré durant des millénaires et ont fondé de nombreuses civilisations, qui ont cohabité, commercée ou guerroyée.
À travers ce récit, nous suivons le périple d’un aventurier solitaire, un homme ordinaire, plongé malgré lui au cœur d’événements qui vont bouleverser à jamais sa vie…

Le préambule, premier cliché, replace l’histoire dans un contexte réaliste. Car oui, figurez-vous que l’histoire que l’on va lire est un récit multi-millénaire retrouvé dans une tombe creusée par une civilisation étrange. En plus de donner inutilement un cadre au récit qui s’explique par lui-même dans la suite, ce préambule est pour le moins peu décoratif.
Les choses s’améliorent bien ensuite. Des personnages, tous plus caricaturaux les uns que les autres, évoluent au sein d’une faune préhistorique finement décrite. À l’explorateur solitaire passionné de science vient se joindre le nain lunatique à l’humour douteux, la noble elfe troublante et combattante émérite, puis le vieux Gnome hautain et agaçant… bref, dans un univers steampunk où science et magie se côtoient, robots et gobelins se confondent et rois et dieux le disputent aux créatures mécaniques à grands coups de canons et de balles.

Puis l’intrigue émerge « au milieu des cendres », avec un carnage terrible provoqué par un mystérieux ennemi, soudant une alliance entre multiples races pour en découvrir l’origine. Compagnie d’aventuriers aussi disparates qu’honorables ? Présente. Quête pour éviter la fin du monde ? Présente ! Armée du mal ? Gnaaark !*

Pour aussi bateaux que soient le style et l’intrigue, on s’attache tout de même à suivre les innombrables péripéties, batailles, rencontres et revers de fortunes de nos personnages afin de découvrir quel est cet antagoniste aux menées vicelardes visant à monter tout le monde contre tout le monde.

Au final, malgré certaines faiblesses (au premier rang de laquelle je place une orthographe des plus fantaisistes), jeunes et moins jeunes se laisseront embarquer sans déplaisir dans ce premier tome des chroniques d’Erdgen.

Tom Larret

*Oui ben c’est une armée du mal hein.

Se procurer le livre :

Sur Fnac.com

Sur amazon

Les héraults du roi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :