Chronique PAI 2022: Le Palais des Innocents

Le Palais des Innocents

Auteurs: Franck Schemer

Édition : Les Éditions de la Rémanence

Date: 2021

Genre: Polar

Logo du PAIEn compétition pour le Prix des Auteurs Inconnus 2022, catégorie « Littérature Noire »

Moi, en enfants, je m’y connais mal. Je sais que c’est court sur pattes, frétillant et tapageur, mais ça, ça marche aussi pour les gobelins ou certains acteurs de la scène politique contemporaine.

Aussi, quand Franck Schemer met l’enfant au centre d’un saisissant polar psychologique, je m’y plonge avec autant d’innocence que de curiosité…

La petite ville de Thann, en Alsace, est depuis cinq années consécutives le théâtre de sombres évènements. Tous les ans à la même date, un enfant est retrouvé mort, assassiné par un coupable guère plus âgé que lui. Pour Bernard Cornière, chargé de l’enquête, une donnée corse l’affaire : sur l’ensemble de cette série noire, l’assassin est toujours la victime suivante…

Ne vous fiez pas à ce résumé lapidaire. Le ton du roman dépasse l’atmosphère classique des romans policiers, qu’il transcende par une ironie féroce, un humour grinçant qui n’épargne personne et qui joue même parfois de l’auto-dérision la plus mordante. «  Bernard Cornière entendait par classique un meurtre conventionnel, un meurtre bien comme il faut, un meurtre, en somme qui n’essayait pas de se démarquer des autres meurtres par pur snobisme ou esprit de contradiction »

Les premières cibles égratignés par cette griffe sarcastique sont les personnages, les principaux comme les secondaires, dépeints sans complaisance, appuyant le trait sur leurs travers les plus douloureux, avec une exagération qui leur donne, au travers de leurs failles et leurs défauts, une existence tangible, presque palpable dès le début du roman. Au fil des pages, des nuances s’ajoutent par touches, un arrière-plan s’esquisse en fond de ces portraits grotesques, et nous les rend sympathiques, vivants, captivants pour certains, imbuvables pour d’autres, tels l’enquêteur Allanberg, tête à claques de compétition: « Moi, vous savez, à cinq heures du matin, je me prépare pour mon jogging ! Là, je suis en train de me concocter un petit smoothie de goyave et de citron vert ! Il paraît qu’avant d’aller courir, c’est hyper indiqué ! »

Dans les métaphores comme dans les réparties, plusieurs niveaux d’humour émaillent le récit, autant de bouées de sauvetage bienvenues pour échapper un instant à la tension macabre et nerveuse qui envahit le lecteur un peu plus à chaque chapitre. L’intrigue se construit selon un crescendo d’hypothèses, de doutes et de nœuds qui se tordent et convulsent au rythme de la ritournelle « de la sorcière qui donne et qui sourit ». Le merveilleux cauchemardesque des contes enfantins se faufile et s’immisce dans le réel, et grignote les pensées des trois personnages centraux dont nous suivons, scène par scène, les différents points de vue. Ils finissent par se rejoindre dans un final à la logique brutale et glaçante que l’épilogue aiguise dans une terrifiante apothéose.

Les traits d’esprits qui font mouche à chaque fois, la maîtrise parfaite du suspense, l’élaboration rigoureuse et complexe de l’intrigue, le soin et la finesse apportés à la construction des personnages font vite oublier les quelques lourdeurs de la plume au profit d’un ensemble à la noirceur et à la créativité admirables, sur fond d’émotions dévorantes et de cicatrices béantes pour l’éternité. Franck Schemer signe avec Le Palais des Innocents une œuvre percutante que je n’ai pas pu lâcher, et que, même, je relirai sans doute, pour le plaisir d’un second regard, plus suspicieux.

Tom Larret

Les autres chroniques des jurés du PAI:

Sur le blog de L’âme des mots.
Extrait : « Je peux vous dire d’emblée que je suis soufflée par cette histoire. L’auteur nous mène par le bout du nez du début à la fin. »

Thrillartist sur Instagram.
Extrait :  « C’est un roman que j’ai beaucoup apprécié sur plusieurs aspects ! J’ai été emportée par l’enquête ! »

Sur le blog de Koala Volant.
Extrait : « Et moi, je l’ai cherché, cette maudite sorcière. Je l’ai cherché durant toute ma lecture, en étant accaparé par le récit, et en suivant les personnages. »

Sur le blog Les mots entrelacés.
Extrait : « Quel talent aussi de la part de l’auteur pour ce qui est de poser l’ambiance. Glauque à souhait et non moins angoissante. »

Sur le blog Des livres et moi.
Extrait: « Un premier roman aussi machiavélique que saisissant « 

Dragoleelo sur Instagram.
Extrait:  » L’auteur a su manier sa plume pour qu’elle soit fluide et facile à lire. La lecture est addictive et je voulais absolument savoir qui était le ou les investigateur(s) de cette folie meurtrière.  »

Sur le blog Em Nic Books.
Extrait:  » Ce polar psychologique est aussi captivant que parfois terrifiant, mais incroyable. »

Les livres de Cass sur Instagram.
Extrait: « L’auteur joue avec nos nerfs, nos émotions et nous fait croire tout et son contraire au cours de l enquête. « 

Marjo lit sur Instagram.
Extrait: « Franck Schemer a une écriture très fluide, d’excellentes idées, et a très bien réalisé son premier roman.« 

Alias Boubou sur Facebook.
Extrait: « J’ai été totalement conquise par Le palais des innocents (…) qui sort des classiques enquêtes policières et je l’ai lu presque d’une traite.« 

Io Antique sur Instagram.
Extrait: « Accrochez-vous, vous allez être bluffé jusqu’à la fin.« 

Les nounours lisent aussi sur Instagram.
Extrait: « L’histoire est très bien construite, j’ai beaucoup aimé être baladée, j’en suis venue à suspecter tout le monde« 

Lisez du Polar sur Instagram.
Extrait: « Un scénario machiavélique dont le dénouement renversant m’a laissée bouche-bée « 

Sur le blog Le Monde de Dame Couette
Extrait:  » J’applaudis d’autant plus qu’il s’agit du premier roman de cet auteur, ça promet pour les suivants !« 

Les balades de Dominique sur Babelio
Extrait:  » Je suis un peu plus réservée en ce qui concerne le dénouement.« 

JML38 sur Babelio
Extrait:  » Une lecture addictive, que vous aurez du mal à lâcher tant l’auteur laisse peu de répit« 

Karine Harry bouquinent sur Facebook.
Extrait: « J’ai ressenti à plusieurs reprises de la peur jusqu’à en ressentir des frissons.« 

Sur le blog Les avis Livresques de Fleur
Extrait:  » C’est impossible de lâcher ce Roman, tellement on est pris par le scénario.« 

Sur le blog Les livres de Nancy
Extrait:  » [L]a plume est directe, fluide, entrainante et très agréable à lire. Il promène son lecteur tout du long en jouant avec ses émotions et ses nerfs.« 

Patricia Dethyre sur Babelio
Extrait: «  Le style d’écriture fluide, un registre de langue assez soutenu, des dialogues percutants souvent emplis d’humour ou d’ironie, un réel talent descriptif et narratif« 

L’auteur:

Sur le site éditeur

Facebook

Instagram

Se procurer le livre :

Via les Éditions de la Rémanence

Amazon

Fnac.com

Le Prix des Auteurs Inconnus:

Site officiel

Page Facebook du PAI Compte Instagram du PAI Compte Twitter du PAI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :