Tome 1 – Sommaire

Premier tome des Chroniques de Guensorde.

Depuis plus de mille trois cent ans, les Dieux ont laissé le royaume de la Terre aux Dieux Rois, qui se succèdent pour régner, du haut de leur divine puissance, sur l’immense territoire de Guensorde. Même si les Seize veillent encore du haut des cieux, aujourd’hui, le monarque devant qui Humains et Incarnés doivent s’agenouiller, c’est Anverion l’Obscur.

Mais tout le monde ne s’agenouille pas de bonne grâce. Depuis les révoltés de l’Ouest contre qui le divin monarque a pris les armes, jusqu’à une doctoresse insolente officiant au sein de sa propre armée.

Et qui ploie le genou dans la lumière, mais prévoit dans l’ombre d’abattre le Dieu Roi ?

Contre tant d’insoumis, la divine monarchie de Guensorde sombrera-t-elle dans le chaos ?

La liste des personnages – Portraits et descriptions

Chapitre 1 : Ouvrir l’œil…
Chapitre 2: De sang et d’argent
Chapitre 3: Le prix de la chair
Chapitre 4: Quelques carats de griffes
Chapitre 5: Gardes à vous
Chapitre 6: Une voie souveraine
Chapitre 7: Sous la peau
Chapitre 8: La forteresse embrumée

Chapitre 9: Cartes sous tables
Chapitre 10: Les sarments de l’armistice
Chapitre 11: Le crédit du désir
Chapitre 12: Cinquante nuances de plaies
Chapitre 13: Battue au piège de l’oubli
Chapitre 14: De lointains horizons
Chapitre 15: Provocations, séductions, champignons
Chapitre 16 : Fleurs de haine, fleurs d’amitié

Chapitre 17: D’errances en déférence
Chapitre 18: Un soufflet au typhon
Chapitre 19: Chairs affranchies
Chapitre 20: La corneille, la crécerelle et l’étourneau
Chapitre 21: Du sang sous la couronne
Chapitre 22: À la santé du roi !
Chapitre 23 : Jeux de mains
Extraits : 24 – 25 – 26
Extraits : 27 – 28 -29
Extraits : 30 – 31 – 32
Extraits : 33 -34 – 35
Extraits : 36 – 37 – 38







Résumés des chapitres:

Chapitre 1
Ouvrir l’oeil

Alors que le fracas des armes s’apaisait enfin, les guérisseurs de l’armée de l’Ouest erraient sur le champ de bataille, à la recherche de survivants, parmi les vaincus en fuite et les vainqueurs arrogants. L’une des jeunes doctoresses des troupes guensordaises s’apprêtait à tenter une opération périlleuse pour sauver l’un de ses soldats, malgré l’interruption brutale d’un Incarné, un des Seigneurs de guerre parmi les plus féroces…
Lire

Chapitre 2
De sang et d’argent

Anverion l’Obscur, le Dieu Roi de Guensorde, est revenu victorieux de la bataille aux bords du fleuve. Victorieux, mais involontairement blessé et humilié par la jeune doctoresse affectée au onzième régiment, Aldanor Markan. Désireux de se venger, le divin monarque doit pourtant méditer pour elle un châtiment… particulier.
Lire

Chapitre 3
Le prix de la chair

C’est la relâche au campement. Ripailles, plaisanteries et réjouissances en tout genre pour tous les régiments! Mais la discipline d’Anverion demeure inébranlable, et le docteur Aldanor Markan a entendu le châtiment prononcé par le divin monarque. Une patientèle ennuyeuse, ingrate, exigeante et odieuse… Heureusement, elle aura à ses côtés le sage et prudent Seigneur Docteur Fóros.
Lire

Chapitre 4
Quelques carats de griffes

Fort de la loyauté de ses sujets, de la bravoure de ses soldats et de sa propre puissance, le Dieu Roi de Guensorde fait appliquer sa justice dans l’Ouest révolté, et nul n’y échappe, sur le champ de bataille comme sous les toiles du campement. Anverion demeure invaincu, inébranlable, intransigeant. Mais pas infaillible.
Lire

Chapitre 5
Gardes à vous

Le Dieu Roi est à la fois la clé de voûte, l’autel et l’ostensoir du monde. Mais il n’y est pas seul. Autour d’Anverion gravitent, éblouis et errants, de nombreux éléments, dont l’existence est bouleversée par sa proximité. Et même lui ne peut l’oublier…
Lire

Chapitre 6
Une voie souveraine

Les épées seules n’assureront pas la victoire d’Anverion, et il n’y a pas que les combattants dont le Dieu-Roi exige bravoure et obéissance. Entre les guerriers aux bras puissants et les érudits à l’esprit aiguisé, les corps du génie militaire engagés dans la campagne de l’Ouest, eux aussi, sont les dépositaires du triomphe de Guensorde.
Lire

Chapitre 7
Sous la peau

Peau d’ivoire ou de miel, peau soyeuse ou corrompue, lisse d’indifférence ou ravinée d’inquiétude, peau tannée par le soleil ou rougie par l’amour, chacun porte, à même sa chair, le masque universel des vivants.
Lire

Chapitre 8
La forteresse embrumée

La relâche est terminée ! Par esprit de conquête, mais aussi de vengeance, Anverion a insufflé à ses guerriers sa soif de sang, de souffrances et de destruction. Sous les murs d’Atla, nombre d’entre eux se battront par plaisir aussi bien que par devoir.
Et c’est bien le sens du devoir qui permet à Aldanor, âme tendre et sensible, de supporter le carnage. Mais même celui-ci connaît ses limites.
Lire

Chapitre 9
Cartes sous table

Atla est tombée, et le sang de ses défenseurs sèche lentement sur les ruines de ses remparts. Dans le palais de l’ancien gouverneur rebelle, la Cour s’endort paresseusement, et les ombres de la nuit donnent de nouveaux reliefs au décor de Guensorde.
Mais pas d’accalmie pour tout le monde, et, toujours au premier rang, Anverion devra lui aussi lutter pour une trêve.
Lire

Chapitre 10
Les sarments de l’armistice

Le Dieu Roi va rendre son arbitrage entre les clans ennemis, tribus farouches et belliqueuses que la haine et l’ambition dévorent. Mais la parole d’Anverion a force de loi: qui l’oublie, la discute ou la transgresse sera châtié.
Et Aldanor subit toujours son châtiment, auprès d’une Cour de plus en plus étrange, dont elle rêve d’échapper aux règles et aux surprises.
Lire

Chapitre 11
Le crédit du désir

Après un festin grandiose célébrant le traité dont Anverion a su imposer la signature, la Cour retourne vers Atla que les soldats reconstruisent peu à peu. Le Dieu Roi, l’esprit quasiment au repos, se cherche de nouvelles distractions, à l’instar du nouveau galant inattendu d’Aldanor.
Lire

Chapitre 12
Cinquantes nuances de plaies

Le divin monarque a fait son choix, et parmi les trois belles blondes tarifées sélectionnées par Hu Micles, garanties saines par le Docteur Markan, l’une d’elles aura l’honneur, la fortune et la jouissance de la compagnie du Dieu Roi pour la nuit.
Certes Anverion sait mettre le prix à ses plaisirs, mais s’il lui dépense sans compter, il exige aussi de ses galantes un paiement en retour. De leur personne.
Lire

Chapitre 13
Battue au piège de l’oubli

Les efforts et les risques pris par Aldanor en se ruant dans la chambre royale n’auront servi de rien. Au contraire, elle aura encore attisé le désir de punition d’Anverion, en lui fournissant de nouveaux prétextes pour sévir.
Il doit toutefois rester aussi discret que créatif, car le nom des Markan, réputé et auréolé de gloire et de noblesse, reste un nom que même lui doit prétendre respecter. Mais loin des murs d’Atla, armé et monté, sa Garde derrière lui, quelle protection pourrait bien offrir à sa proie le sang de ses aïeux ?
Lire

Chapitre 14
De lointains horizons

Le mépris de la Cour pour Aldanor n’est pas universel. L’Idée, elle, s’intéresse au Second Médecin Royal, tourmentée à plaisir par le divin monarque. Et qui sait, le Docteur Markan pourrait un jour, servir ses vues…
Mais, de bien plus loin encore, on s’attache au destin de la jeune femme, connue et appréciée sur tout le domaine paternel en Estivie. Les alliés des Markan, au pied des montagnes et sur la côte, sont tous fidèles au Dieu Roi.
Jusqu’à un certain point.
Lire

Chapitre 15
Provocations, séductions, champignons

L’ambitieuse Meli Ha, en apparence joyeusement soumise au divin monarque, est prête à tout pour le conquérir, même à risquer sa tête en déclenchant la fureur de ses ennemis.
Le timide Malleor, lui, le ferait sans doute bien aussi, mais devant le manque d’ennemis de l’élue de son coeur, devra surtout compter sur ses amies.
Lire

Chapitre 16
Fleurs de haine, fleurs d’amitié

L’Idée progresse encore à petits pas hasardeux, bousculée par les ombres et les écueils des affections naissantes au sein du campement.
S’il ignore encore tout d’elle, le Dieu Roi de Guensorde est en revanche aussi sûr de ses amitiés que de ses inimitiés, au moins terrestres, et sait estimer les unes comme les autres à leur juste valeur. Et c’est vers Ruz’Gar, le maître de la forteresse d’Esg’Tag, qu’il tournera son épée, vers celui qui proclame à qui veut l’entendre sa haine pour le divin monarque, aussi fort que son adoration pour le Dieu des Vents.
Lire

Chapitre 17
D’errances en déférence

Alors que la troupe piétine, irrésolue, Aldanor tente de mettre à profit l’inertie de la marche pour déceler, derrière de vagues symptômes et sur ordre du divin monarque, la cause des souffrances de Dricaion. Mais autour des Quatre, nul ne peut graviter sans péril, et les autres Protecteurs Jurés font écho à leur maître en jonglant avec la doctoresse trop dévouée… mais pas si malléable.
Et lorsque l’enjôleuse Meli Ha de retour d’ambassade rejoint ses acolytes, l’armée du Dieu Roi s’ébranle enfin vers les murs de la citadelle d’Esc’Tag, dont Anverion en personne affrontera, avec plaisir, le seigneur forcené.
Lire

Chapitre 18
Un soufflet au typhon

Le Dieu Roi s’est offert une petite promenade pastorale dans les terres de Ruz’Gar, chatouillant le bouillonnant Incarné à tour de réquisitions, de pillages, d’incendies, de rafles et de supplices. La poigne résolue d’Anverion s’est abattue sur le bourg de Kaog, et le Haut Dieu des Vents, face à l’alliance incoercible des guerriers terrestres et des majestés célestes, a tiré sa révérence.
Lire

Chapitre 19
Chairs affranchies

La terreur et la mort ont fleuri au passage des détachements de l’armée divisée. Désormais rassasiés de violence, les guerriers d’Anverion se sont rassemblés auprès du Dieu Roi, et avancent derrière leur souverain, prêts à l’admirer dans son duel réclamé par le seigneur ennemi.
La troupe avance d’un pas confiant et serein, affranchie des agitations guerrières, et à la Cour, chacun a tout le loisir d’examiner ses propres préoccupations, d’un œil indifférent, rageur ou terrifié.
Lire

Chapitre 20
La corneille, la crécerelle et l’étourneau

Une soirée à la Cour de campagne. D’humeur légère, le divin monarque en personne s’amusera du tour préparé par Aldanor sous le pavillon d’Hu Micles. Le Second Médecin du Roi, fidèle à elle-même, n’hésite pas à se frotter au Garde Royal quand parle sa compassion.
Force ou faiblesse ? Anverion en personne n’ignore pas que les élans du cœur poussent à la bravoure et à la confusion les plus grandes. Car il est au moins une créature dans son royaume pour qui le Dieu Roi de la Terre serait prêt à tout…
Lire

Chapitre 21
Du sang sous la couronne

Le Dieu Roi de Guensorde jubile. Aucune ombre tableau de sa victoire fracassante contre Ruz’Gar, le rebelle et ses sbires agonisent dans la douleur et la honte, la Cité s’est rendue sitôt son seigneur à Terre, et lui-même s’est affiché en combattant superbe et invincible.
Ou presque. Au contraire de son divin monarque, Aldanor fulmine contre lui, et même contre Geneio, alliés contre elle en refusant les sutures indispensables pour refermer l’inquiétante plaie ouverte au front d’Anverion. Elle demeure seule dans ses inquiétudes pour la vie du Dieu…
Lire

Chapitre 22
À la santé du roi

Malgré les lambeaux de chair divine que Ruz’Gar a emportés dans la tombe, Anverion savoure sa victoire de toutes les manières possibles. Parades, rapines, magnanimité ostentatoire, bonne chère et coupes remplies, le Dieu Roi répand son triomphe et sa gloire.
Seuls ses Médecins ne sont pas éblouis par sa grandeur, et veillent, d’un œil bleu affectueux et songeur, et d’un œil brun pétillant et matois.
Lire

Chapitre 23
Jeux de mains

Ultime chapitre publié ici avant les extraits de la suite, avec les conséquences de la dernière insolence d’Aldanor…
Lire

%d blogueurs aiment cette page :